P R E S S E

De la sauvagerie punk “arty“ des Lucrate Milk, à la révélation mélodique du piano c’est l’histoire d’un interdit généalogique qui se transforme en musique.

29 ans après sa première aventure musicale, alors batteur des Lucrate Milk, Jean-Marc remet le couvert. Au piano, cette fois, il sort son premier album solo qu’il intitule : Le fruit de vos racines.


La période punk


Jean-Marc est né en 1961 à Montreuil-sous-bois. Vingt ans sans histoires… puis il devient l’improbable batteur du groupe Lucrate Milk. Groupe culte punk-néo-jazzy formé en 1981 par Masto (futur Bérurier Noir),  et Laul (futur Bérurier Noir), Nina, Gaboni (lui-même) & Helno qui deviendra par la suite le chanteur des Négresses Vertes.

 Pendant 3 ans, le groupe Lucrate Milk est LA curiosité de la scène punk parisienne, par le côté chaotique et anarcho-expérimental de leur musique, ainsi que par leur sens aiguisé de la provocation soigneusement et clairement exprimé dans leur look et leurs visuels.

 

L’épisode MKB (Messageros Killers Boys)  et FJ Ossang


En 1984 Jean-Marc sous le pseudo de Gabo est aussi le batteur de “MKB“ dont le chanteur FJ Ossang, également metteur en scène, tournera son premier long métrage : L’affaire des Divisions Morituri, avec les Lucrate Milk dans les rôles de gladiateurs. La musique de MKB ainsi qu’un morceau des Lucrate Milk serviront de bande musicale pour le film.

 

La période mystique


En 1984 l’aventure continue, c’est la rencontre avec Alejandro Jodorosky. Une relation qui va durer une dizaine d’années. Alejandro agit comme un éveilleur de conscience, Gabo redevient Jean-Marc, il participe sous l’égide de « maître Jodo » à divers ateliers de recherche personnelle et autres stages initiatiques, ainsi il apprend à lire le tarot qu’il enseignera pendant de nombreuses années. Sa vision du monde en sera transformée pour toujours.

  


Le retour à la nature

En 1992, Il se marie et quitte Paris pour s’installer dans le Sud, près d’Uzès, dans le Gard.

Par goût, il commence à pratiquer des activités de pleine nature (escalade, canyoning, spéléo, canoë, etc…). Pour ensuite devenir un professionnel diplômé et en faire la source de son travail. Il passe, ainsi, la plus grande partie de son temps au cœur des canyons, falaises et grottes de la région.

Il se met à fréquenter les arbres, les plantes, les animaux,les oiseaux, le calcaire. La garrigue devient son nouveau terrain d’aventure, son espace d’expression.

 

Le retour à la musique

En aparté de ses nouvelles activées professionnelles, Jean-Marc poursuit son aventure musicale. En 2003, il se met au piano puis à la trompette qu’il pratique au sein d’une peña (fanfare traditionnelle), Mais c’est devant son clavier qu’il trouve une nouvelle voie créative.

En 2005 après deux années de cours de piano, Jean-Marc découvre suite à un travail d’analyse sur son arbre «génial logique», que son grand-père maternel avait été interdit de piano par sa mère, cet instrument étant réservé à sa soeur.
« Mon papy Marcel aurait souhaité jouer de cet instrument et en gardait une grande frustration. Je prenais conscience soudainement que je réalisais son rêve et par là même «guérissais» une branche de mon arbre généalogique.

J’ai ainsi compris pourquoi je jouais de cet instrument et je composais, les larmes aux yeux, mon premier morceau : Mercy papy.

Puis ce fut : La valse de Mamita, pour ma mère - Jack song pour mon père - Sister et Brother pour ma soeur et mon frère - Clo song pour ma femme.

C’est ma façon d’accepter la transmission, et de leur dire mon amour. »

C’est pourquoi, ce premier album, s’intitule : Le fruit de vos racines.

.

L’enregistrement

Jean-Marc travaille et enregistre chez lui à St Dézéry (30190) près d’Uzès dans le Gard, au calme et mixe au studio « Son’art « dans un  village voisin.

Il réalise cet album pendant les moments de pause que lui accorde son job, en automne et en hiver, il lui faudra deux années pour finaliser le travail.

En novembre 2010, il participe à l’émission des 20 ans de Tracks  au Cenquatre dans le 19ème à Paris et en profite pour passer voir un vieux complice des années 80, Stephane Mellino (Négresses Vertes), qui enregistrera la guitare sur le morceau Perfect Night (voir historique des morceaux dans le livret du cd) composé en hommage à Lou Reed, la batterie sera jouée par Gaël Dumur son fils de 17 ans.

C’est le seul morceau de l’album ou l‘on retrouve une structure basse, batterie, guitare, pour servir la mélodie du piano, tous les autres morceaux sont du piano seul ou des arrangements avec quelques violons ou violoncelles, toutes les compositions sont des incitations au voyage, il n’est pas rare que celui qui écoute voit défiler des images dans sa tête…

Jean-Marc Dumur est un représentant des DIY (Do It Yourself) il fait tout lui-même, depuis la production de l'album, en passant par les actions de communication. Cette autoproduction est une volonté d’indépendance.
 



Novembre 2011
3w.lagedefaire.org

V
U

D
A
N
S

L
A

P
R
E
S
S
E